FRANÇAIS

Fatoumata Diawara sortira le 10 mars ‘Maliba’, une collaboration avec la plateforme Google Arts & Culture. Les sept titres qui composent « Maliba » sont issues de la bande originale d’une exposition digitale sur les manuscrits légendaires de Tombouctou. Célébrant des siècles de culture malienne, « Maliba » sera disponible uniquement en version numérique et constitue le premier album produit en collaboration avec Google Arts & Culture. ‘Yakandi’, le nom d’un rythme traditionnel de la région de Wassoulou, en est le premier extrait.

“Ce projet signifie beaucoup pour moi. Participer à la protection des manuscrits de Tombouctou est un immense honneur. Les conditions pour les hommes et les femmes au Mali sont très particulières, et pour une femme, s’impliquer dans cette préservation culturelle est très important. C’est incroyable de faire partie de cette aventure, c’est un rêve. Je suis si fière et si heureuse. Ce projet me permet de me reconnecter avec mon passé ancestral. Beaucoup de visuels et d’idées me viennent dans mes rêves, et ceux de mes ancêtres. Avoir la chance d’aider à protéger notre héritage ancestral et culturel est si spécial pour moi.”

À Timbuktu, le silence règne. C’est de ce silence lourd qu’a émergé une voix puissante, la voix de l’artiste interdite, celle qui a le courage de chanter la langue des anges, malgré l’imposition de la charia. Souvenons-nous. Si les quelques centaines de milliers de manuscrits de Timbuktu ont pu traverser les siècles bravant les menaces, comme protégés par des invisibles présences qui veillent aux trésors de la culture, vint toutefois l’époque où les anges du Sahel, de leurs ailes coupées et de leurs larmes de sang, sont condamnés au spectacle de leur propre anéantissement. De l’éternel, seule l’impermanence est devenue visible. Mais les barques chargées de savoirs ont vogué le long du fleuve Niger pour sauver la sagesse, celle qui a pendant longtemps logé au milieu des dunes, dans la “ville aux 333 saints”. Un savoir didactique qui réunit tous les domaines, de l’astronomie à la musique ou encore de la médecine, des mathématiques, de la botanique à la philosophie mystique.

Si Fatoumata Diawara avait déjà été choisie pour incarner la voix de Timbuktu dans le film d’Abderrahmane Sissako, récompensé en 2015 de plusieurs césars, elle revient aujourd’hui sur le même thème pour en être la figure de proue du projet de Google. C’est pour faire vivre la mémoire que Fatoumata fait vibrer ses cordes sur les ruines de son pays. Elle reprend le dialogue avec les anges pour que la mélodie fasse revivre les ressources de toute une civilisation en péril. Car le projet est de taille et il fallait la voix pour le porter. Moment historique pour Google Arts et Culture qui chapeaute le premier album produit par la chanteuse elle-même ainsi que par Montuno. Un travail colossal de collaboration pour la préservation du patrimoine culturel mondial. La rencontre des outils les plus innovants dans le domaine de la technologie avec les trésors de la civilisation africaine, sera pour l’année 2022 incarnée dans la musique et la créativité de l’artiste malienne Fatoumata Diawara.

L’album Maliba réunit sept chansons qui illustrent avec délicatesse l’hommage à une culture et la lutte pour un peuple plus conscient de sa richesse intérieure. Enregistré dans le petit studio de Fatou à Bamako, la conception de cet album ne déroge pas aux principes du projet. Il naît dans la simplicité et l’atmosphère mystique du Mali. Sur les rythmes authentiques et inédits de la musique wassoulou, Fatou invite les pépites de son pays – le rappeur Master Soumy ou encore les belles voix tamasheq – pour donner au projet de Google une perspective inclusive. Le leitmotiv : l’héritage sous toutes ses facettes. Un pari réussi qui promet de résonner au travers le monde, une grande artiste qui se fait toute petite face à la grandeur de ce qui l’a façonnée !

Google Arts & Culture met à votre portée les trésors, les histoires et les connaissances de plus de 2 000 institutions culturelles de 80 pays. En collaboration avec nos partenaires, nous travaillons au développement et à l’application de technologies qui aident à préserver et à partager la culture par de nouvelles façons.

À propos de « Mali Magic & Timbuktu Manuscripts » :

Bien avant la Renaissance européenne, la ville malienne de Tombouctou a donné naissance à une abondance de connaissances dans les domaines des droits de l’homme, de la morale, de la politique, de l’astronomie, de la literature, capturée dans des milliers de manuscrits inestimables.

Lorsque ces savoirs anciens – conservés par des familles plutôt que stockés dans des musées – ont été menacés par des groupes extrémistes en 2012, les communautés locales ont couru contre la montre pour préserver ces trésors, considérés comme l’un des grands héritages écrits de l’Afrique.

Le projet met en lumière le grand héritage du Mali et la quête du peuple pour le préserver et s’aventurer à explorer sa culture dynamique, en présentant des histoires sur les manuscrits, les monuments, la musique et les arts modernes.