French

“I took a trip back to my homeland Mali in Africa, and was welcome with cries of joy” (‘Je viens de faire un voyage au Mali, ma terre natale ; j’y ai été accueillie par des pleurs de joie’.)

« Nsera – Destination ». C’est le titre du nouveau single de Fatoumata Diawara qui l’interprète en bambara, la langue officielle du Mali.

« Relations humaines, hospitalité́ et générosité́ », telle est la devise de Nsera.

Voix incontournable de la musique du monde, Fatoumata Diawara reste inclassable : Afropop, Afrofolk, Afrofuturisme… Entre tradition et modernité́, guitare en main, elle met au goût du jour les rythmes wassoulou et les techniques vocales de l’Afrique de l’Ouest. Chanteuse, compositrice, musicienne, comédienne, celle qu’on compte parmi les égéries des voix féminines africaines, ne cesse de surprendre par ses collaborations : Herbie Hancock, Roberto Fonseca, -M-, Angélique Kidjo, Disclosure, Lauryn Hill, ou encore Abderrahmane Sissako et Philippe Godeau pour le cinéma et le théâtre…

Nsera, premier extrait d’un nouvel album à venir, est co-écrite et co- produite par une des figures centrales de la pop musique anglo-saxonne, Damon Albarn, par ailleurs habitué de longue date aux métissages et aux collaborations avec des artistes africains. A la fois au chant et aux claviers, le leader de Gorillaz et de Blur insuffle une touche de mélancolie et de modernité aux sonorités mandingues de la chanson. On y retrouve un néologisme, inventé par Fatou pour l’occasion : « Londonko ».

Nsera sortira le 15 novembre 2023 et sera mis en image par Gregory Ohrel (Orelsan, Jain, Residente, …). Une exploration au cœur de la diversité africaine que Fatoumata Diawara incarnait déjà avec le projet « Mali-ko » (la réunion d’une quarantaine d’artistes venus de toutes les régions du Mali, autour d’une chanson pour la paix).

Aujourd’hui, Londonko est le nom d’une terre imaginaire, réunissant les 2 continents.

Pour Fatou, le bout du voyage, c’est le retour au pays, qu’elle continue d’explorer avec ferveur : sa terre, sa culture, sa Destination, « Nsera ».

On se souvient que dans son album Fenfo, elle avait « quelque chose à dire » ; dans ce morceau, c’est une invocation à ce que toute l’Afrique se manifeste. L’Afrique a beaucoup à transmettre.

Un (r)appel à la conscience de la richesse d’un peuple, qui a tant à apprendre au reste du monde.

Bamako versus Londonko, une histoire à suivre… et à partager.